Passer la lecture à la machine

Nicolas Weill

17 juin 2022

Paul Mathias décrypte l’art de parcourir un texte, sur quelque support que ce soit, dans « Qu’est-ce que lire ? »

Ne nous laissons pas abuser par la présentation quelque peu scolaire de l’excellente série « Qu’est-ce que ? », chez Vrin, où un exposé sur une question ou une notion est prolongé par des commentaires de textes. La riche réflexion sur l’acte de lire menée ici par Paul Mathias, inspecteur général, ancien président du jury de l’agrégation de philosophie et auteur d’ouvrages remarqués sur Plotin, Montaigne et la philosophie de l’Internet, captive autant par son originalité que par la clarté pédagogique de son propos.

Car le philosophe s’est attaché à enraciner son analyse dans l’expérience même du lecteur afin de proposer une « phénoménologie » de la lecture, c’est-à-dire une description fine de ce qui se passe et se manifeste quand on se livre à l’effort de laisser courir son regard sur une page maculée de signes noirs.

Tout d’abord, un paradoxe. Nous percevons sous la forme apparente d’un flux de sens, dont nous allons jusqu’à oublier parfois qu’il se présente à nous matérialisé sur une feuille écrite, la réalité d’un déchiffrage de lettres, de mots, de propositions et de phrases. Cela montre que ni le décryptage neurologique du « lire » ni la succession des changements de supports de lecture à travers les âges ne suffisent à rendre compte du phénomène. Certes, les mutations techniques du livre, du rouleau antique, que l’on déploie, au codex, avec ses feuilles que l’on tourne, le recul relatif de l’oralité avec le passage à la lecture silencieuse, tel qu’il est décrit dans des pages célèbres des Confessions, de saint Augustin, et l’irruption récente de l’écran ont une évidente influence sur notre pratique de lecteur. Mais celle-ci ne s’y réduit pas.

Déchiffrement technologique


Ce qui n’empêche pas Paul Mathias de conseiller aux modernes la maîtrise des rouages informatiques qui produisent du texte sur nos ordinateurs, sans s’en tenir à la paresseuse illusion identifiant l’ouvrage téléchargé à partir d’applications au livre de jadis. La lecture s’est transformée en un déchiffrement technologique, mené conjointement par l’homme et une machine qu’il serait urgent d’« habiter » au lieu de cultiver la nostalgie de la colle, de l’encre et du papier. « L’usage irréductiblement intellectuel des machines informatiques, précise-t-il, partage, avec leurs concepteurs, d’être fondamentalement textuel et sémantique. Lire sur écran, c’est manipuler ; manipuler, c’est penser (…) avec des outils qui sont eux-mêmes de la pensée consolidée. » Jamais « l’homologie essentielle » entre « les objets de sens et leur condition de possibilité » n’aurait été aussi forte qu’aujourd’hui. Plus question de s’abriter derrière l’argument qu’il n’est nul besoin de connaître les arcanes d’un moteur pour conduire une voiture…

Dans le geste de lecture se dissimule d’ailleurs bien plus que la simple relation à un livre. Récusant, à travers son commentaire d’un extrait de la préface écrite par Proust, en 1906, pour sa traduction de Sésame et les lys (1865), de John Ruskin, le paradigme traditionnel de la lecture comme conversation avec les grands écrivains ou penseurs du passé, Paul Mathias y voit certes une distraction ou un enchantement, mais aussi une envie de « solitude peuplée », selon l’expression forte due à l’auteur d’A la recherche du temps perdu. L’acte de lire se conçoit ainsi au-delà de la communication, comme une amplification du moi par la rencontre et « l’union avec ce qui n’est pas soi ». Ainsi la lecture, loin d’être un exercice passif, supprime-t-elle, fût-ce provisoirement, l’extériorité « objective » du monde grâce à l’appropriation de l’imaginaire d’un autre. Derechef, lire c’est penser.

Qu’est-ce que lire ?, de Paul Mathias, Vrin, « Chemins philosophiques », 130 p. , 9 €. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.