“Les écritures confinées”

L’ouvrage Les écritures confinées : Créer, afficher, diffuser est paru le mois dernier aux éditions Hermann.

Le livre revient sur le confinement provoqué par la crise sanitaire et trace un bilan de son impact sur les pratiques et les supports d’écriture.

“Ce volume offre un panorama des écritures en confinement, des supports et des pratiques qu’elles ont mobilisés, et défend une approche à la fois sociologique, poétique, sémiotique et linguistique, dans laquelle le point de vue des chercheurs croise celui d’amateurs et de professionnels de l’écriture (écrivains ou philosophes) du livre et de la médiation.”

L’ouvrage a été dirigé par Sylvie DUCAS, Rossana DE ANGELIS et Agathe CORMIER. Il sera aussi disponible sur cairn.

“Humanités numériques et web sémantique” – colloque Poincaré 2022

L’édition du colloque Poincaré 2022 intègre une conférence sur les “Humanités numériques et le web sémantique” qui aura lieu le jeudi 7 juillet à partir de 14h.

Programme

14h-15h : “De l’édition numérique aux d’humanités numériques”
(présentation de la plateforme henripoincare.fr et des outils liés)
(Nicolas Lasolle et Pierre Willaime)

15h-15h30 : Frédéric Clavert, “Nouvelles perspectives sur l’histoire des
Humanités numériques”.

15h30-15h45 : pause

15h45-16h15 : Motasem Alrahabi, “Édition numérique et fouille croisée
des correspondances : l’exemple des lettres de Voltaire”.

16h15 – 16h45 : Marie Puren, “L’histoire et l’informatique : les
nouveaux apports du Web sémantique”

La conférence sera accessible sur le lien suivant : https://orsay.bbb.cnrs.fr/b/wil-6ee-6zn-a5s

De l’Abécédaire à HyperOtlet

L’Abécédaire des mondes lettrés, un outil d’écriture collaborative savante

Dans cet article publié dans Le livre en contexte numérique, Benoit Epron et Catherine Muller développent la pensée derrière le projet HyperOtlet mené par le laboratoire MICA jusqu’en 2021.

Il s’agit d’un outil d’édition critique sur un dispositif d’écriture collaborative savante. Le projet propose une encyclopédie documentaire qui repose sur la visualisation des données sous forme de constellations et une lecture à plusieurs niveaux au lieu de linéaire.

Le livre en contexte numérique, un défi de design a été dirigé par Renée Bourassa et porte sur le livre en contexte numérique que les pratiques innovantes du design reconfigurent

L’emprise des écrans sur les enfants, vecteur grandissant de la « pandémie » de myopie

Par Guillaume Delacroix
Le monde 26 juin 2022


L’usage des smartphones, des tablettes et des ordinateurs dès le plus jeune âge prend des proportions inquiétantes, selon une enquête Ipsos. Il accélère l’élongation de l’œil, menaçant la moitié de l’humanité de maladies graves.

Une raison de plus, s’il en fallait, pour éloigner les enfants des écrans. En lançant une campagne de sensibilisation du grand public au fléau planétaire de la myopie, vendredi 24 juin, l’Institut d’éducation médicale et de prévention (IEMP), sis à Lyon, a tiré la sonnette d’alarme. Selon une enquête Ipsos menée du 12 au 22 avril pour le compte de cet établissement privé financé par l’industrie de l’optique et des mutuelles, auprès d’un échantillon représentatif de 3 601 Français, les enfants âgés de 3 à 6 ans consacrent aujourd’hui 3 h 29 par jour à des activités sollicitant la vision de près : livre, smartphone, tablette, ordinateur, jeu vidéo. Cette durée passe à 4 h 03 chez les 7 à 10 ans, à 6 h 54 chez les 11 à 13 ans et à 7 h 28 chez les 14 à 18 ans.

Ces données pourraient d’ailleurs être en deçà de la réalité. « Elles correspondent à l’évaluation qu’en font les parents et sont très probablement sous-estimées », relève Bruno Assouly, fondateur de l’IEMP. Elles confirment surtout le lien entre l’usage des écrans et l’envolée des cas d’anomalie de la réfraction qu’est la myopie, laquelle se traduit par une vision floue de loin et nette de près.

« Le temps important consacré aux activités sur écrans sollicite fortement la vision de près, au même titre que la faible exposition à la lumière naturelle, du fait de la diminution des activités en extérieur et de l’allongement de la durée des études qui favorisent le travail intensif de près », explique M. Assouly.

La myopie a certes un caractère héréditaire : le risque chez un enfant serait multiplié par deux si l’un de ses parents est myope et par trois à huit si ses deux parents le sont. Mais les facteurs génétiques ne sont impliqués que « dans 10 % des cas » et jouent un rôle « moins prépondérant » que les facteurs environnementaux, estime l’IEMP. Il y a encore dix ans, le chef du service d’ophtalmologie de l’Hôpital américain de Paris réfutait que le temps passé sur les écrans favorise le développement de la myopie, au motif que cette « théorie », disait-il, ne trouvait, à l’époque, « aucun support scientifique ».

Un phénomène mondial

En 2022, plus personne n’ose tenir de tels propos. « Les enfants d’aujourd’hui regardent plus d’écrans et lisent de plus près qu’avant. Cela induit la contraction d’un muscle qui déforme le cristallin. Pour éviter cela, l’œil va automatiquement grossir et provoquer une myopie », explique le docteur Thomas Jona Wolfensberger, médecin chef à la clinique ophtalmique universitaire Jules-Gonin de Lausanne, en Suisse, établissement sans aucun lien avec l’initiative de sensibilisation prise par l’IEMP.

Cette pathologie peut avoir pour origine une cornée trop courbée ou une opacité du cristallin, mais elle est « essentiellement due » à une élongation excessive du globe oculaire : chez les personnes myopes, l’œil est anormalement allongé, au lieu de présenter une forme sphérique. L’image des objets éloignés se forme, dès lors, sur un plan situé en avant de la rétine, ce qui la rend floue.

Un phénomène mondial sur lequel l’Académie américaine d’ophtalmologie avait attiré l’attention dès 2016, dans un rapport compilant les résultats de 145 études menées auprès de 2,1 millions de personnes sur tous les continents (Global Prevalence of Myopia and High Myopia and Temporal Trends from 2000 through 2050). Ce document avait alors frappé la communauté scientifique, en prédisant que la myopie toucherait la moitié de l’humanité (49,8 %, soit 4,758 milliards d’individus) d’ici à 2050.

Des solutions pour ralentir le phénomène

Pour bien faire, les professionnels répètent qu’il faut absolument empêcher tout enfant de moins de 3 ans d’avoir entre les mains le smartphone de ses parents. Au-delà de cet âge, ils recommandent aux adultes d’imposer à leur progéniture une pause de vingt secondes toutes les vingt minutes, en regardant au loin.

« C’est assez compliqué à mettre en œuvre », reconnaît Dominique Bremond-Gignac, cheffe du service d’ophtalmologie à l’hôpital Necker-Enfants malades, à Paris. Cette dernière insiste sur les pathologies que peut générer, à terme, la myopie quand elle n’est ni dépistée à temps ni ralentie. « L’œil de l’enfant n’est pas un œil en miniature et le problème de la myopie dépasse largement la question de la vision elle-même », fait-elle remarquer.

« ENTRE 1950 ET 2050, LA PRÉVALENCE VA PASSER DE 15 % À 60 % AU SEIN DE LA POPULATION FRANÇAISE » – THIERRY BOUR, PRÉSIDENT DU SYNDICAT NATIONAL DES OPHTALMOLOGISTES DE FRANCE
En 2050, 1 milliard d’humains pourraient souffrir d’une myopie supérieure à − 6 dioptries, celle qui occasionne une vision floue à partir de 16 centimètres de distance. Cette population a de grands risques d’être sujette à la dégénérescence maculaire, une dégradation d’une partie de la rétine (la macula), qui peut mener à la perte de la vision centrale après 50 ans. Autres risques, multipliés par trente par rapport à un individu exempt de myopie : le décollement de la rétine, le glaucome à angle ouvert (une lésion du nerf optique) et la cataracte. Le grand public ignore cette réalité.

« Une majorité de Français ne sait pas que plus la myopie démarre tôt, plus elle évolue vite. Plus de huit interviewés sur dix n’imaginent pas que la myopie puisse entraîner des complications allant jusqu’à la cécité », souligne l’enquête Ipsos. Il existe pourtant des solutions pour ralentir le phénomène. S’émanciper autant que faire se peut des écrans, donc. Réduire, aussi, le temps de lecture prolongée à moins de 30 centimètres d’un livre ou d’un magazine. Et sortir au moins deux heures par jour, pour s’exposer à la lumière naturelle.

Une poussée inquiétante avant l’adolescence 

« La dopamine, un neurotransmetteur produit dans la rétine sous l’effet de la lumière, joue un rôle crucial dans la bonne transmission des images au cerveau et éviterait une croissance excessive de l’œil de la naissance jusqu’à 25 ans », relève Béatrice Cochener, directrice de la faculté de médecine de Brest et présidente de l’Académie française de l’ophtalmologie.

Jusqu’à présent, l’Occident semblait relativement épargné par rapport à certains pays d’Asie, comme la Chine, où neuf enfants sur dix portent des lunettes. Or, les disparités ethniques s’estompent à vive allure. « Entre 1950 et 2050, la prévalence va passer de 15 % à 60 % au sein de la population française, avec une poussée inquiétante avant l’adolescence », alerte Thierry Bour, président du Syndicat national des ophtalmologistes de France.

Tous ces messages vont faire l’objet d’un affichage de l’IEMP dans les cabinets médicaux, notamment ophtalmologiques et pédiatriques. Un site Internet vient aussi d’être ouvert pour appeler à la vigilance. L’heure est à la mobilisation générale contre ce que certains professionnels comparent, de par son ampleur, à une pandémie.

DIM Sciences du texte et connaissances nouvelles

Le projet Sciences du Texte et Connaissances Nouvelles vise à créer un réseau régional des Humanités Numériques.

Ce projet a pour but le rassemblement d’acteurs, de équipes et des chercheurs autour des environnements numériques nouveaux qui modifient les interactions entre les individus. Il nomme ce champ les “connaissances nouvelles” .

Domaine d’intérêt majeur Sciences du Texte et Connaissances Nouvelles fédère beaucoup de projets dont un qui s’inscrit dans l’HyperEdition : eBalzac. Ce projet consiste à créer une édition hypertextuelle de l’oeuvre de Balzac.

Passer la lecture à la machine

Nicolas Weill

17 juin 2022

Paul Mathias décrypte l’art de parcourir un texte, sur quelque support que ce soit, dans « Qu’est-ce que lire ? »

Ne nous laissons pas abuser par la présentation quelque peu scolaire de l’excellente série « Qu’est-ce que ? », chez Vrin, où un exposé sur une question ou une notion est prolongé par des commentaires de textes. La riche réflexion sur l’acte de lire menée ici par Paul Mathias, inspecteur général, ancien président du jury de l’agrégation de philosophie et auteur d’ouvrages remarqués sur Plotin, Montaigne et la philosophie de l’Internet, captive autant par son originalité que par la clarté pédagogique de son propos.

Car le philosophe s’est attaché à enraciner son analyse dans l’expérience même du lecteur afin de proposer une « phénoménologie » de la lecture, c’est-à-dire une description fine de ce qui se passe et se manifeste quand on se livre à l’effort de laisser courir son regard sur une page maculée de signes noirs.

Tout d’abord, un paradoxe. Nous percevons sous la forme apparente d’un flux de sens, dont nous allons jusqu’à oublier parfois qu’il se présente à nous matérialisé sur une feuille écrite, la réalité d’un déchiffrage de lettres, de mots, de propositions et de phrases. Cela montre que ni le décryptage neurologique du « lire » ni la succession des changements de supports de lecture à travers les âges ne suffisent à rendre compte du phénomène. Certes, les mutations techniques du livre, du rouleau antique, que l’on déploie, au codex, avec ses feuilles que l’on tourne, le recul relatif de l’oralité avec le passage à la lecture silencieuse, tel qu’il est décrit dans des pages célèbres des Confessions, de saint Augustin, et l’irruption récente de l’écran ont une évidente influence sur notre pratique de lecteur. Mais celle-ci ne s’y réduit pas.

Déchiffrement technologique


Ce qui n’empêche pas Paul Mathias de conseiller aux modernes la maîtrise des rouages informatiques qui produisent du texte sur nos ordinateurs, sans s’en tenir à la paresseuse illusion identifiant l’ouvrage téléchargé à partir d’applications au livre de jadis. La lecture s’est transformée en un déchiffrement technologique, mené conjointement par l’homme et une machine qu’il serait urgent d’« habiter » au lieu de cultiver la nostalgie de la colle, de l’encre et du papier. « L’usage irréductiblement intellectuel des machines informatiques, précise-t-il, partage, avec leurs concepteurs, d’être fondamentalement textuel et sémantique. Lire sur écran, c’est manipuler ; manipuler, c’est penser (…) avec des outils qui sont eux-mêmes de la pensée consolidée. » Jamais « l’homologie essentielle » entre « les objets de sens et leur condition de possibilité » n’aurait été aussi forte qu’aujourd’hui. Plus question de s’abriter derrière l’argument qu’il n’est nul besoin de connaître les arcanes d’un moteur pour conduire une voiture…

Dans le geste de lecture se dissimule d’ailleurs bien plus que la simple relation à un livre. Récusant, à travers son commentaire d’un extrait de la préface écrite par Proust, en 1906, pour sa traduction de Sésame et les lys (1865), de John Ruskin, le paradigme traditionnel de la lecture comme conversation avec les grands écrivains ou penseurs du passé, Paul Mathias y voit certes une distraction ou un enchantement, mais aussi une envie de « solitude peuplée », selon l’expression forte due à l’auteur d’A la recherche du temps perdu. L’acte de lire se conçoit ainsi au-delà de la communication, comme une amplification du moi par la rencontre et « l’union avec ce qui n’est pas soi ». Ainsi la lecture, loin d’être un exercice passif, supprime-t-elle, fût-ce provisoirement, l’extériorité « objective » du monde grâce à l’appropriation de l’imaginaire d’un autre. Derechef, lire c’est penser.

Qu’est-ce que lire ?, de Paul Mathias, Vrin, « Chemins philosophiques », 130 p. , 9 €. 

Workshop E3D – Documentation and knowledge infrastructure : the case of Robert Pagès

Le mercredi 29 juin à partir de 9h30, le laboratoire accueille  Michael Buckland et Paul Duguid de l’Université de Berkeley en Californie pour un workshop dans le cadre du projet “Documentation and knowledge infrastructure : the case of Robert Pagès” mené par Michael Buckland et Olivier Le Deuff.

Michael Buckland, professeur émérite spécialiste d el’information à l’Université de Berkeley. Il présentera ses travaux sur l’histoire et la théorie de la documentation.

Un article français retraçant ses recherches : https://hyperotlet.huma-num.fr/s/hyper-otlet/item/10817

Paul Duguid est Professeur Vacataire à l’Université de Berkeley. Ayant travaillé dans l’édition et à la Silicon Valley, il présentera ses recherches sur l’histoire et l’information.

Le workshop aura lieu en sale 309 à l’IUT Bordeaux Montaigne et sera également accessible par zoom .

Colloque Documents anciens et reconnaissance automatique des écritures manuscrites

Le colloque « Documents anciens et reconnaissance automatique des écritures manuscrites » aura lieu le 23 et 24 juin 2022 à l’École nationale des chartes à Paris.

Le but du colloque est de faire un état des lieux scientifique de l’HTR pour les documents anciens avec un intérêt particulier pour son utilisation dans les projets d’édition de documents. Il suivra les axes suivants :

— Constitution des données d’entraînement et de modèles d’HTR (segmentation, transcription, constitution de corpus, partage, etc.)

—  Apprentissage machine, technologies, plateformes de transcription (présentation d’outils HTR et de leurs performances, présentation d’outils d’aide à la transcription)

— Projet ou chaînes éditoriales utilisant l’HTR ; exploitations de données issues de l’HTR.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à regarder le programme du colloque ici.

Les inscriptions sont ouvertes au lien suivant : https://dahtr.sciencesconf.org/registration

Le colloque sera aussi diffusé sur Youtube :  https://www.youtube.com/c/ÉcolenationaledeschartesPSL

Publishing in the 21st century

La conférence Publishing in the 21st Century organisée en partie par le LabSic, aura lieu du 20 au 21 juin à la MSH Paris-Nord.

La conférence traitera des sujets sur la publication notamment en ligne dont : les nouveaux formats (ebook, livre audio), la diversité dans le domaine de la publication ou encore la transformation digitale.

Plusieurs intevenants d’universités européennes participeront à l’événement.

Pour plus d’informations n’hésitez pas à lire le programme.

Forum: contribution numérique, cultures, savoirs

Le Forum : contribution numérique, cultures, savoirs aura lieu le 6 juillet au Carrefour numérique² de la Cité des sciences et de l’industrie (Paris).

Il marquera la fin du projet ANR Collabora et sera dédié aux plateformes culturelles contributives.

De nombreux retours d’expérience seront présentés : Wikipédia, Babelio, Archipop, Archives Nationales Participatives, Urbanités numériques en jeu, Nantes Patrimonia, Abandonware magazines, Bulliot, Bibracte et moi,  épi-revel, MNHN, Passport sur Zooniverse, Les Herbonautes, Sisygambis, 1000autres.org, Particip-Arc et de nombreuses d’autres.

Les inscriptions au forum sont déjà ouvertes et le programme est consultable ici.

Science Ouverte et Logiciels

La science ouverte est la diffusion libre de tous les résultats et moyens de recherche. Elle est fortement liée aux avancées numériques et représente une véritable opportunité de partage des connaissances grâce au libre accès.

Pour soutenir le développement de la science ouverte, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche a crée le Comité pour la science ouverte.

Il rédige notamment des Plans Nationaux de la science ouverte et dans la dernière édition un Collège Codes sources et logiciels a été crée de façon à mettre à la disposition de la communauté de recherche des codes sources et des logiciels open access.

Si le libre accès est disponible et se développe de plus en plus, c’est en grande partie grâce aux codes sources et aux logiciels mis à la disposition et crées par des chercheurs. Ainsi, il devient primordial non seulement de les rassembler sous forme de catalogue comme il a été fait par le comité, mais aussi de partager ces catalogues avec la communauté scientifique de façon à ce que ces outils puissent être exploités par le plus grand nombre.

Les sciences et l’écriture : Traces, empreintes et langages

Jeudi 15 Décembre 2022, Bordeaux Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine

La journée se propose d’aborder sous l’axe épistémologique les littératies numériques, comprise  comme  les capacité à comprendre et à utiliser l’information provenant de sources numériques différentes (Koltay, 2011), à partir du triptyque suivant : traces, empreintes et langages pour mieux saisir les enjeux des pratiques scientifiques de la production des connaissances contemporaines dans les sciences. 

Un changement paradigmatique avec les néo-écritures appelle un décentrement du primat du signe qui questionne l’activité symbolique à partir des traces entendues comme dépôt (archives, documents, textes, etc.), des empreintes comprises comme résultat d’une activité (individuelle et/ou collective) et enfin des langages autour d’une rencontre entre les littératies et les numératies (la superposition du programme, du réseau et de la couche).

L’HyperEdition à travers le triptyque (trace, empreinte, langage) se comprend comme la superposition de plusieurs systèmes documentaires complémentaires qui sont nécessaires à l’évolution de l’activité du chercheur quel que soit sa discipline. 

Le premier système, qualifié de système primaire, regroupe l’ensemble des publications scientifiques éditées. Le système secondaire s’est développé durant le XXème siècle, c’est un système d’accès à l’information qui favorise l’entrée dans le système primaire par le biais de catalogues de bibliothèques puis de bases de données. Enfin, le troisième système, que nous pouvons qualifier de « tertiaire » regroupe l’ensemble des données et des documents qui font l’objet d’un traitement spécifique de la part du chercheur dans sa pratique d’écriture avec sa rencontre des données (Data, Link data, Smart data, Self data, etc.). Il peut s’agir de données brutes, d’archives, mais également de documents qui sont soumis à un traitement des méthodes qualitatives et/ou quantitatives. 

Après le concept d’éditorialisation des contenus scientifiques, dont l’article demeure l’épicentre, le concept d’HyperEdition renouvelle et complète les pratiques d’écriture scientifique, les pratiques d’édition critique, les méthodes de traitement des données, les pratiques de commentaire et de publicisation, les formats documentaires, et les modèles économiques. Le tout formant ce que nous appellerons le troisième stade de la grammatisation.

Ce dernier stade de la grammatisation rapproche les différentes communautés scientifiques, depuis les mathématiques, les sciences physiques et la biologie jusqu’au sciences de l’Homme et les sciences juridiques.  L’ensemble des connaissances scientifiques, lié traditionnellement à la mise en forme (formalisation), s’est désormais rapproché d’une mobilisation des données informatiques.  Ainsi, par exemple, la simulation des conditions proche du réel ou d’un artefact (médicament, ordinateur, voiture, avion, bâtiment, ville…) se regroupent autour d’une représentation qui devient de plus en plus multidimensionnelle. Les aspects habituellement diagrammatiques (électronique, comportement en statique et dynamique, fonctionnement enzymatique, relations dans un système de systèmes…) sont rassemblés et consultables autour de nouvelles approches du complexe par des technologies intellectuelles, allant de la topologie des graphes à la 3D.

Ces technologies intellectuelles ne sont pas des « machines intelligentes » qui remplacent l’effort cognitif par la montée d’une automatisation algorithmique. Au contraire comme forme et format d’écriture, le triptyque traces, empreintes et langages, s’engage la création d’un nouvel outillage du connaître par lequel les recherches sont médiatisées techniquement. Par conséquent, les technologies ont un impact sur le développement des savoirs complexes contemporains qui appelle une organologie nouvelle des connaissances. 

Il nous semble que l’HyperEdition se définit, dans ce contexte, alors comme le champ de la concrétisation d’une telle organologie des savoirs dont l’un des ouvrages de référence fut publié en 2014 aux éditions Fyp avec le titre Digital Studies, sous la direction de Bernard Stiegler.  

La journée d’études se déroulera à la MSHA de l’Université Bordeaux Montaigne en partenariat avec le laboratoire Triangle (ENS Lyon), l’IRI (Institut de Recherche et d’innovation du Centre Pompidou, le laboratoire DICEN (CNAM Paris), la Revue Etudes Digitales, la société Dassault Système, l’équipe E3D du Mica. 

Franck Cormerais 

Carnet de Recherche : HyperEdition 

Comité scientifique 

Pierre-Antoine Chardel (Institut Mines-Télécom / IMT-BS)

Maryse Carmes (Cnam Paris)

Franck Cormerais (Bordeaux-Montaigne)

Milad Doueihi (Université Paris Sorbonne)

Éric Guichard (Ensibb)

Mohamed Salah KADRI (Université de la Manouba- Tunisie) 

Armen Khatchatourov (Université Gustave Eiffel)

Amar Lakel (Bordeaux-Montaigne)

Giuseppe Longo (ENS – CNRS Centre Cavaillès)

Maël Montevil (ENS-CNRS Centre Cavaillès) 

Jean-Max Noyer (Université de Toulon)

Guillaume Opy (INRIA, Bordeaux)

Vincent Puig (Institut de Recherche et d’Innovation, Centre Pompidou)

PartenairesYou are currently viewing Journée d’étude – Sciences et sociétéNouvelle Aquitaine, un logo qui manque de lion ! - Graphéine

Atelier Internet Lyonnais (AIL)

Le séminaire AIL aura lieu lundi 30 mai à 17h.

Les thèmes de la journée seront :

  • Capacités de l’écriture, culture de l’écrit (littératie). Cet axe s’appuiera autant sur la théorie que sur la pratique (la cartographie comme enquête). Il intègrera les questions d’érudition et d’épistémologie.
  • Le social et le politique: l’absence du « numérique » dans les débats politiques. La littératie et l’épistémologie comme vecteurs d’émancipation.
  • Pouvoirs de l’écrit (écrire le monde selon ses valeurs), la question du constructivisme, multiplicité et artificialité des mondes.
  • Faiblesses de la pensée critique: nos préjugés et nos religiosités envers la technique. Prises de réel sur les techniques.

Le programme est disponible ici .

Le séminaire se tiendra dans la salle de réunion du laboratoire
*Triangle* (salle D4.260, site Descartes, Ens de Lyon) et en visio:
https://cnrs.zoom.us/j/92956063905?pwd=bWk5bVdmOFl6SHdGSk8zR3ltQ0FhZz09
ID de réunion : 929 5606 3905; code: E8fG6D; titre: AIL-Lassegue

La céramique médiévale et moderne du bassin de la Loire moyenne, transformation des aires culturelles dans la longue durée

La céramique médiévale et moderne du bassin de la Loire moyenne, transformation des aires culturelles dans la longue durée vient de paraître sous la direction de Philippe Husi .

Les auteurs présentent l’œuvre comme une publication logiciste : rapide à lire avec plusieurs niveaux de raisonnements et de résultats obtenus grâce à un large nombre de données. Ainsi, nous considérons que cette publication fait partie du domaine de l’HyperEdition .

L’œuvre s’articule en sept blocs :

  1. Une chronologie construite à partir d’une périodisation des sites et d’une synthèse chrono-typologique de la céramique
  2. Des diagrammes logicistes représentant sous forme de graphe l’arborescence et la relation entre les propositions.
  3. Des propositions logicistes faites à partir de l’analyse des données primaires.
  4. Une présentation des méthodes archéo-statistiques pour analyser des corpus volumineux
  5. Des planches et répertoires chrono-typologiques
  6. Les données utilisées pour réaliser l’œuvre.
  7. Des études thématiques sur les périodes de transition et les cloches de cuisson en terre cuite chamottée.

#dhnord : Travailler en Humanités Numériques : collaborations, complémentarités et tensions

La 9ème édition du colloque #dhnord intitulée Travailler en Humanités Numériques: collaborations, complémentarités et tensions aura lieu en ligne du 20 au 22 juin.

Ce colloque interrogera la dimension collective des humanités numériques où plusieurs métiers (chercheurs, archivistes, ingénieurs etc.) se croisent lors de la réalisation d’un projet.

La première journée portera sur les institutions et s’adressera plutôt à un public de chercheurs alors que la troisième abordera des débats internes à la communauté des humanités numériques.

Consultez le programme pour avoir plus de détail sur le déroulement des journées.

N’hésitez pas à vous inscrire avec le lien suivant : https://premc.typeform.com/DHNord2022 

Vous pouvez aussi réagir sur twitter avec #dhnord

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search