Tous les articles par Jéssica Alves Martinho

“Les écritures confinées”

L’ouvrage Les écritures confinées : Créer, afficher, diffuser est paru le mois dernier aux éditions Hermann.

Le livre revient sur le confinement provoqué par la crise sanitaire et trace un bilan de son impact sur les pratiques et les supports d’écriture.

“Ce volume offre un panorama des écritures en confinement, des supports et des pratiques qu’elles ont mobilisés, et défend une approche à la fois sociologique, poétique, sémiotique et linguistique, dans laquelle le point de vue des chercheurs croise celui d’amateurs et de professionnels de l’écriture (écrivains ou philosophes) du livre et de la médiation.”

L’ouvrage a été dirigé par Sylvie DUCAS, Rossana DE ANGELIS et Agathe CORMIER. Il sera aussi disponible sur cairn.

“Humanités numériques et web sémantique” – colloque Poincaré 2022

L’édition du colloque Poincaré 2022 intègre une conférence sur les “Humanités numériques et le web sémantique” qui aura lieu le jeudi 7 juillet à partir de 14h.

Programme

14h-15h : “De l’édition numérique aux d’humanités numériques”
(présentation de la plateforme henripoincare.fr et des outils liés)
(Nicolas Lasolle et Pierre Willaime)

15h-15h30 : Frédéric Clavert, “Nouvelles perspectives sur l’histoire des
Humanités numériques”.

15h30-15h45 : pause

15h45-16h15 : Motasem Alrahabi, “Édition numérique et fouille croisée
des correspondances : l’exemple des lettres de Voltaire”.

16h15 – 16h45 : Marie Puren, “L’histoire et l’informatique : les
nouveaux apports du Web sémantique”

La conférence sera accessible sur le lien suivant : https://orsay.bbb.cnrs.fr/b/wil-6ee-6zn-a5s

De l’Abécédaire à HyperOtlet

L’Abécédaire des mondes lettrés, un outil d’écriture collaborative savante

Dans cet article publié dans Le livre en contexte numérique, Benoit Epron et Catherine Muller développent la pensée derrière le projet HyperOtlet mené par le laboratoire MICA jusqu’en 2021.

Il s’agit d’un outil d’édition critique sur un dispositif d’écriture collaborative savante. Le projet propose une encyclopédie documentaire qui repose sur la visualisation des données sous forme de constellations et une lecture à plusieurs niveaux au lieu de linéaire.

Le livre en contexte numérique, un défi de design a été dirigé par Renée Bourassa et porte sur le livre en contexte numérique que les pratiques innovantes du design reconfigurent

DIM Sciences du texte et connaissances nouvelles

Le projet Sciences du Texte et Connaissances Nouvelles vise à créer un réseau régional des Humanités Numériques.

Ce projet a pour but le rassemblement d’acteurs, de équipes et des chercheurs autour des environnements numériques nouveaux qui modifient les interactions entre les individus. Il nomme ce champ les “connaissances nouvelles” .

Domaine d’intérêt majeur Sciences du Texte et Connaissances Nouvelles fédère beaucoup de projets dont un qui s’inscrit dans l’HyperEdition : eBalzac. Ce projet consiste à créer une édition hypertextuelle de l’oeuvre de Balzac.

Passer la lecture à la machine

Nicolas Weill

17 juin 2022

Paul Mathias décrypte l’art de parcourir un texte, sur quelque support que ce soit, dans « Qu’est-ce que lire ? »

Ne nous laissons pas abuser par la présentation quelque peu scolaire de l’excellente série « Qu’est-ce que ? », chez Vrin, où un exposé sur une question ou une notion est prolongé par des commentaires de textes. La riche réflexion sur l’acte de lire menée ici par Paul Mathias, inspecteur général, ancien président du jury de l’agrégation de philosophie et auteur d’ouvrages remarqués sur Plotin, Montaigne et la philosophie de l’Internet, captive autant par son originalité que par la clarté pédagogique de son propos.

Car le philosophe s’est attaché à enraciner son analyse dans l’expérience même du lecteur afin de proposer une « phénoménologie » de la lecture, c’est-à-dire une description fine de ce qui se passe et se manifeste quand on se livre à l’effort de laisser courir son regard sur une page maculée de signes noirs.

Tout d’abord, un paradoxe. Nous percevons sous la forme apparente d’un flux de sens, dont nous allons jusqu’à oublier parfois qu’il se présente à nous matérialisé sur une feuille écrite, la réalité d’un déchiffrage de lettres, de mots, de propositions et de phrases. Cela montre que ni le décryptage neurologique du « lire » ni la succession des changements de supports de lecture à travers les âges ne suffisent à rendre compte du phénomène. Certes, les mutations techniques du livre, du rouleau antique, que l’on déploie, au codex, avec ses feuilles que l’on tourne, le recul relatif de l’oralité avec le passage à la lecture silencieuse, tel qu’il est décrit dans des pages célèbres des Confessions, de saint Augustin, et l’irruption récente de l’écran ont une évidente influence sur notre pratique de lecteur. Mais celle-ci ne s’y réduit pas.

Déchiffrement technologique


Ce qui n’empêche pas Paul Mathias de conseiller aux modernes la maîtrise des rouages informatiques qui produisent du texte sur nos ordinateurs, sans s’en tenir à la paresseuse illusion identifiant l’ouvrage téléchargé à partir d’applications au livre de jadis. La lecture s’est transformée en un déchiffrement technologique, mené conjointement par l’homme et une machine qu’il serait urgent d’« habiter » au lieu de cultiver la nostalgie de la colle, de l’encre et du papier. « L’usage irréductiblement intellectuel des machines informatiques, précise-t-il, partage, avec leurs concepteurs, d’être fondamentalement textuel et sémantique. Lire sur écran, c’est manipuler ; manipuler, c’est penser (…) avec des outils qui sont eux-mêmes de la pensée consolidée. » Jamais « l’homologie essentielle » entre « les objets de sens et leur condition de possibilité » n’aurait été aussi forte qu’aujourd’hui. Plus question de s’abriter derrière l’argument qu’il n’est nul besoin de connaître les arcanes d’un moteur pour conduire une voiture…

Dans le geste de lecture se dissimule d’ailleurs bien plus que la simple relation à un livre. Récusant, à travers son commentaire d’un extrait de la préface écrite par Proust, en 1906, pour sa traduction de Sésame et les lys (1865), de John Ruskin, le paradigme traditionnel de la lecture comme conversation avec les grands écrivains ou penseurs du passé, Paul Mathias y voit certes une distraction ou un enchantement, mais aussi une envie de « solitude peuplée », selon l’expression forte due à l’auteur d’A la recherche du temps perdu. L’acte de lire se conçoit ainsi au-delà de la communication, comme une amplification du moi par la rencontre et « l’union avec ce qui n’est pas soi ». Ainsi la lecture, loin d’être un exercice passif, supprime-t-elle, fût-ce provisoirement, l’extériorité « objective » du monde grâce à l’appropriation de l’imaginaire d’un autre. Derechef, lire c’est penser.

Qu’est-ce que lire ?, de Paul Mathias, Vrin, « Chemins philosophiques », 130 p. , 9 €. 

Workshop E3D – Documentation and knowledge infrastructure : the case of Robert Pagès

Le mercredi 29 juin à partir de 9h30, le laboratoire accueille  Michael Buckland et Paul Duguid de l’Université de Berkeley en Californie pour un workshop dans le cadre du projet “Documentation and knowledge infrastructure : the case of Robert Pagès” mené par Michael Buckland et Olivier Le Deuff.

Michael Buckland, professeur émérite spécialiste d el’information à l’Université de Berkeley. Il présentera ses travaux sur l’histoire et la théorie de la documentation.

Un article français retraçant ses recherches : https://hyperotlet.huma-num.fr/s/hyper-otlet/item/10817

Paul Duguid est Professeur Vacataire à l’Université de Berkeley. Ayant travaillé dans l’édition et à la Silicon Valley, il présentera ses recherches sur l’histoire et l’information.

Le workshop aura lieu en sale 309 à l’IUT Bordeaux Montaigne et sera également accessible par zoom .

Colloque Documents anciens et reconnaissance automatique des écritures manuscrites

Le colloque « Documents anciens et reconnaissance automatique des écritures manuscrites » aura lieu le 23 et 24 juin 2022 à l’École nationale des chartes à Paris.

Le but du colloque est de faire un état des lieux scientifique de l’HTR pour les documents anciens avec un intérêt particulier pour son utilisation dans les projets d’édition de documents. Il suivra les axes suivants :

— Constitution des données d’entraînement et de modèles d’HTR (segmentation, transcription, constitution de corpus, partage, etc.)

—  Apprentissage machine, technologies, plateformes de transcription (présentation d’outils HTR et de leurs performances, présentation d’outils d’aide à la transcription)

— Projet ou chaînes éditoriales utilisant l’HTR ; exploitations de données issues de l’HTR.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à regarder le programme du colloque ici.

Les inscriptions sont ouvertes au lien suivant : https://dahtr.sciencesconf.org/registration

Le colloque sera aussi diffusé sur Youtube :  https://www.youtube.com/c/ÉcolenationaledeschartesPSL

Publishing in the 21st century

La conférence Publishing in the 21st Century organisée en partie par le LabSic, aura lieu du 20 au 21 juin à la MSH Paris-Nord.

La conférence traitera des sujets sur la publication notamment en ligne dont : les nouveaux formats (ebook, livre audio), la diversité dans le domaine de la publication ou encore la transformation digitale.

Plusieurs intevenants d’universités européennes participeront à l’événement.

Pour plus d’informations n’hésitez pas à lire le programme.

Forum: contribution numérique, cultures, savoirs

Le Forum : contribution numérique, cultures, savoirs aura lieu le 6 juillet au Carrefour numérique² de la Cité des sciences et de l’industrie (Paris).

Il marquera la fin du projet ANR Collabora et sera dédié aux plateformes culturelles contributives.

De nombreux retours d’expérience seront présentés : Wikipédia, Babelio, Archipop, Archives Nationales Participatives, Urbanités numériques en jeu, Nantes Patrimonia, Abandonware magazines, Bulliot, Bibracte et moi,  épi-revel, MNHN, Passport sur Zooniverse, Les Herbonautes, Sisygambis, 1000autres.org, Particip-Arc et de nombreuses d’autres.

Les inscriptions au forum sont déjà ouvertes et le programme est consultable ici.

Science Ouverte et Logiciels

La science ouverte est la diffusion libre de tous les résultats et moyens de recherche. Elle est fortement liée aux avancées numériques et représente une véritable opportunité de partage des connaissances grâce au libre accès.

Pour soutenir le développement de la science ouverte, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche a crée le Comité pour la science ouverte.

Il rédige notamment des Plans Nationaux de la science ouverte et dans la dernière édition un Collège Codes sources et logiciels a été crée de façon à mettre à la disposition de la communauté de recherche des codes sources et des logiciels open access.

Si le libre accès est disponible et se développe de plus en plus, c’est en grande partie grâce aux codes sources et aux logiciels mis à la disposition et crées par des chercheurs. Ainsi, il devient primordial non seulement de les rassembler sous forme de catalogue comme il a été fait par le comité, mais aussi de partager ces catalogues avec la communauté scientifique de façon à ce que ces outils puissent être exploités par le plus grand nombre.

Les sciences et l’écriture : Traces, empreintes et langages

Jeudi 15 Décembre 2022, Bordeaux Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine

La journée se propose d’aborder sous l’axe épistémologique les littératies numériques, comprise  comme  les capacité à comprendre et à utiliser l’information provenant de sources numériques différentes (Koltay, 2011), à partir du triptyque suivant : traces, empreintes et langages pour mieux saisir les enjeux des pratiques scientifiques de la production des connaissances contemporaines dans les sciences. 

Un changement paradigmatique avec les néo-écritures appelle un décentrement du primat du signe qui questionne l’activité symbolique à partir des traces entendues comme dépôt (archives, documents, textes, etc.), des empreintes comprises comme résultat d’une activité (individuelle et/ou collective) et enfin des langages autour d’une rencontre entre les littératies et les numératies (la superposition du programme, du réseau et de la couche).

L’HyperEdition à travers le triptyque (trace, empreinte, langage) se comprend comme la superposition de plusieurs systèmes documentaires complémentaires qui sont nécessaires à l’évolution de l’activité du chercheur quel que soit sa discipline. 

Le premier système, qualifié de système primaire, regroupe l’ensemble des publications scientifiques éditées. Le système secondaire s’est développé durant le XXème siècle, c’est un système d’accès à l’information qui favorise l’entrée dans le système primaire par le biais de catalogues de bibliothèques puis de bases de données. Enfin, le troisième système, que nous pouvons qualifier de « tertiaire » regroupe l’ensemble des données et des documents qui font l’objet d’un traitement spécifique de la part du chercheur dans sa pratique d’écriture avec sa rencontre des données (Data, Link data, Smart data, Self data, etc.). Il peut s’agir de données brutes, d’archives, mais également de documents qui sont soumis à un traitement des méthodes qualitatives et/ou quantitatives. 

Après le concept d’éditorialisation des contenus scientifiques, dont l’article demeure l’épicentre, le concept d’HyperEdition renouvelle et complète les pratiques d’écriture scientifique, les pratiques d’édition critique, les méthodes de traitement des données, les pratiques de commentaire et de publicisation, les formats documentaires, et les modèles économiques. Le tout formant ce que nous appellerons le troisième stade de la grammatisation.

Ce dernier stade de la grammatisation rapproche les différentes communautés scientifiques, depuis les mathématiques, les sciences physiques et la biologie jusqu’au sciences de l’Homme et les sciences juridiques.  L’ensemble des connaissances scientifiques, lié traditionnellement à la mise en forme (formalisation), s’est désormais rapproché d’une mobilisation des données informatiques.  Ainsi, par exemple, la simulation des conditions proche du réel ou d’un artefact (médicament, ordinateur, voiture, avion, bâtiment, ville…) se regroupent autour d’une représentation qui devient de plus en plus multidimensionnelle. Les aspects habituellement diagrammatiques (électronique, comportement en statique et dynamique, fonctionnement enzymatique, relations dans un système de systèmes…) sont rassemblés et consultables autour de nouvelles approches du complexe par des technologies intellectuelles, allant de la topologie des graphes à la 3D.

Ces technologies intellectuelles ne sont pas des « machines intelligentes » qui remplacent l’effort cognitif par la montée d’une automatisation algorithmique. Au contraire comme forme et format d’écriture, le triptyque traces, empreintes et langages, s’engage la création d’un nouvel outillage du connaître par lequel les recherches sont médiatisées techniquement. Par conséquent, les technologies ont un impact sur le développement des savoirs complexes contemporains qui appelle une organologie nouvelle des connaissances. 

Il nous semble que l’HyperEdition se définit, dans ce contexte, alors comme le champ de la concrétisation d’une telle organologie des savoirs dont l’un des ouvrages de référence fut publié en 2014 aux éditions Fyp avec le titre Digital Studies, sous la direction de Bernard Stiegler.  

La journée d’études se déroulera à la MSHA de l’Université Bordeaux Montaigne en partenariat avec le laboratoire Triangle (ENS Lyon), l’IRI (Institut de Recherche et d’innovation du Centre Pompidou, le laboratoire DICEN (CNAM Paris), la Revue Etudes Digitales, la société Dassault Système, l’équipe E3D du Mica. 

Franck Cormerais 

Carnet de Recherche : HyperEdition 

Comité scientifique 

Pierre-Antoine Chardel (Institut Mines-Télécom / IMT-BS)

Maryse Carmes (Cnam Paris)

Franck Cormerais (Bordeaux-Montaigne)

Milad Doueihi (Université Paris Sorbonne)

Éric Guichard (Ensibb)

Mohamed Salah KADRI (Université de la Manouba- Tunisie) 

Armen Khatchatourov (Université Gustave Eiffel)

Amar Lakel (Bordeaux-Montaigne)

Giuseppe Longo (ENS – CNRS Centre Cavaillès)

Maël Montevil (ENS-CNRS Centre Cavaillès) 

Jean-Max Noyer (Université de Toulon)

Guillaume Opy (INRIA, Bordeaux)

Vincent Puig (Institut de Recherche et d’Innovation, Centre Pompidou)

PartenairesYou are currently viewing Journée d’étude – Sciences et sociétéNouvelle Aquitaine, un logo qui manque de lion ! - Graphéine

Atelier Internet Lyonnais (AIL)

Le séminaire AIL aura lieu lundi 30 mai à 17h.

Les thèmes de la journée seront :

  • Capacités de l’écriture, culture de l’écrit (littératie). Cet axe s’appuiera autant sur la théorie que sur la pratique (la cartographie comme enquête). Il intègrera les questions d’érudition et d’épistémologie.
  • Le social et le politique: l’absence du « numérique » dans les débats politiques. La littératie et l’épistémologie comme vecteurs d’émancipation.
  • Pouvoirs de l’écrit (écrire le monde selon ses valeurs), la question du constructivisme, multiplicité et artificialité des mondes.
  • Faiblesses de la pensée critique: nos préjugés et nos religiosités envers la technique. Prises de réel sur les techniques.

Le programme est disponible ici .

Le séminaire se tiendra dans la salle de réunion du laboratoire
*Triangle* (salle D4.260, site Descartes, Ens de Lyon) et en visio:
https://cnrs.zoom.us/j/92956063905?pwd=bWk5bVdmOFl6SHdGSk8zR3ltQ0FhZz09
ID de réunion : 929 5606 3905; code: E8fG6D; titre: AIL-Lassegue

La céramique médiévale et moderne du bassin de la Loire moyenne, transformation des aires culturelles dans la longue durée

La céramique médiévale et moderne du bassin de la Loire moyenne, transformation des aires culturelles dans la longue durée vient de paraître sous la direction de Philippe Husi .

Les auteurs présentent l’œuvre comme une publication logiciste : rapide à lire avec plusieurs niveaux de raisonnements et de résultats obtenus grâce à un large nombre de données. Ainsi, nous considérons que cette publication fait partie du domaine de l’HyperEdition .

L’œuvre s’articule en sept blocs :

  1. Une chronologie construite à partir d’une périodisation des sites et d’une synthèse chrono-typologique de la céramique
  2. Des diagrammes logicistes représentant sous forme de graphe l’arborescence et la relation entre les propositions.
  3. Des propositions logicistes faites à partir de l’analyse des données primaires.
  4. Une présentation des méthodes archéo-statistiques pour analyser des corpus volumineux
  5. Des planches et répertoires chrono-typologiques
  6. Les données utilisées pour réaliser l’œuvre.
  7. Des études thématiques sur les périodes de transition et les cloches de cuisson en terre cuite chamottée.

#dhnord : Travailler en Humanités Numériques : collaborations, complémentarités et tensions

La 9ème édition du colloque #dhnord intitulée Travailler en Humanités Numériques: collaborations, complémentarités et tensions aura lieu en ligne du 20 au 22 juin.

Ce colloque interrogera la dimension collective des humanités numériques où plusieurs métiers (chercheurs, archivistes, ingénieurs etc.) se croisent lors de la réalisation d’un projet.

La première journée portera sur les institutions et s’adressera plutôt à un public de chercheurs alors que la troisième abordera des débats internes à la communauté des humanités numériques.

Consultez le programme pour avoir plus de détail sur le déroulement des journées.

N’hésitez pas à vous inscrire avec le lien suivant : https://premc.typeform.com/DHNord2022 

Vous pouvez aussi réagir sur twitter avec #dhnord

Lecture numérique et logique de l’attention

Alain Giffard

Nous vous proposons l’article suivant écrit par Alain Giffard portant sur la lecture numérique:

Les pratiques culturelles numériques posent la question de l’attention, dont je présente une première analyse dans la revue Bibliothèques (n°64, oct. 2012). Mon travail en cours repose sur l’hypothèse suivante : la rhétorique ancienne – c’est-à-dire la science, l’art et la technique de la persuasion – constitue une discipline de l’attention et, en tant que telle, a
des choses à nous apprendre sur la lecture numérique.

La rhétorique de l’attention (et son legs)

Le point de départ est la rhétorique d’Aristote. Les sophistes
développaient déjà des techniques pour capter l’attention du public,
notamment au début du discours. Le projet d’Aristote consiste à reprendre la rhétorique des sophistes et à la reconstruire autour d’une logique propre au vraisemblable, car pour lui la rhétorique n’est pas de l’ordre du vrai mais du vraisemblable ; elle repose sur le raisonnement plausible et non sur des moyens artificiels de contrôler l’attention. Aristote veut mettre de la logique dans la rhétorique et inversement. Il établit ainsi trois catégories de captation de l’attention – catégories intégrées à la rhétorique pendant près de 20 siècles, jusqu’à la Renaissance – en expliquant qu’il faut rendre le public bienveillant, attentif et disposé à apprendre. Selon lui, l’attention n’a pas à voir avec le discours mais avec le public, et seulement avec lui.
Ce point est très important car présent dans toute une partie de la
littérature et de la philosophie. La rhétorique d’Aristote associe le discours et le public, elle ne les sépare pas.
Dans le cas du conflit des attentions, c’est-à-dire quand le public refuse de prêter son attention, Aristote reconnaît toutefois le contrôle de l’attention comme nécessaire ; il s’agit alors de rhétorique judiciaire. Voici une citation de Socrate en guise d’exemple : “Il est plus facile de faire les louanges d’Athènes devant des Athéniens que devant des Lacédémoniens”. La rhétorique judiciaire joue un rôle d’autant plus important que l’affaire est difficile. Quand l’affaire est facile, il suffit de laisser filer le discours. Ma thèse, inspirée de la rhétorique d’Aristote, est que le problème de l’attention tient à un problème de conflit des attentions.
Héritière d’Aristote, la rhétorique latine (Cicéron, Quintilien…) reprend
l’importance de la logique et des différents types d’attention. Elle propose une méthode pour régler la question du conflit des attentions :
l’insinuation (insinuatio). Cette innovation subvertit l’approche d’Aristote et permet de constituer la théorie classique de l’exorde comme première partie du discours. Selon la Rhétorique à herennius , il y a des causes faciles pour lesquelles le conflit d’attention est faible, et des causes difficiles pour lesquelles le conflit d’attention est fort ; une partie du savoir-faire du rhétoricien consiste à déterminer rapidement si sa cause est facile ou difficile. Cette situation plus ou moins conflictuelle entraîne deux types de commencements du discours : promiun (entrée directe) et insinuatio (entrée indirecte). Nécessaire en cas de cause difficile, l’insinuation déplace l’attention sur un autre terrain pour la réinjecter ensuite dans le discours. La Rhétorique à h erennius liste des moyens d’insinuation : rires, moqueries, plaisanteries, jeux obscènes… tout ce qui est susceptible de détourner l’attention avant de la rediriger vers la cause à défendre dans des conditions plus favorables. Marc Fumaroli* définit la rhétorique comme une géométrie, un volume. Dans le secteur de la magie, cette géométrie est abondamment commentée. La magie repose en effet sur le détournement de l’attention, l’essentiel n’étant pas de réaliser le tour mais de faire diversion. On trouve beaucoup d’informations à ce sujet dans la littérature professionnelle des magiciens.

Mais l’insinuation n’est pas seulement une redirection de l’attention, c’est aussi une économie de l’attention, un processus de transformation de l’attention. Dans le vocabulaire d’Aristote, il s’agit de transformer l’attention cognitive (attentus) en bonne disposition (benevolentia). L’insinuation s’est développée ensuite de manière interne (extension
du répertoire des figures et des pratiques de manipulation de la rhétorique de l’attention) et externe (contamination par l’insinuation de tout le début du discours, y compris de l’entrée principale), selon le raisonnement suivant : la cause facile peut se passer d’une entrée détournée mais les ressorts de l’entrée détournée ne lui nuisent pas, donc pourquoi ne pas en faire un peu plus ? en outre, pourquoi ne
pas avoir recours au détournement et à l’insinuation tout au long du discours ? enfin, tout comme le raisonnement probable est partagé entre le public et l’orateur, pourquoi ne pas faire en sorte que le public prenne goût à l’insinuation ? Ce sont là les fondements de l’attention orientée média (distincte de l’attention orientée texte).

Quel est le legs de la rhétorique de l’attention au-delà d’une activité de pure érudition ? Du Moyen-Âge à la Renaissance, elle a joué un rôle
central dans la captation de bienveillance. Roland Barthes fait part de son intuition dans un “Aide- mémoire” consacré à l’ancienne rhétorique1 repris dans L’aventure sémiologique* : “Comme toujours lorsqu’on exhume ce vieux matériel logique (ou rhétorique), on est frappé de le voir fonctionner parfaitement à l’aise dans les œuvres de la culture dite de masse – au point que l’on peut se demander si Aristote n’est pas le philosophe de cette culture et par conséquent ne fonde pas la critique qui peut avoir prise sur elle”. Le détournement, et plus généralement la rhétorique de l’attention, est plus qu’une référence pour interpréter l’économie de l’attention.

“On n’a pas toujours eu l’idée, pour capter l’attention, de passer par des détours qui n’ont rien à voir avec le sujet à traiter ou la cause à défendre.”

Il y a une généalogie, une filiation dont les grandes étapes sont assez claires : survie de l’insinuation dans la rhétorique devenue poétique
(17e siècle), émergence du détournement explicite (Lautréamont, 19e siècle), circulation du détournement de la littérature à l’art (époque de Dada et Duchamp), reprise du détournement par la publicité (20e siècle). Dans son traité Propaganda* (1928), l’inventeur des relations publiques Edward Bernays* affirme : “Le conseiller en relations publiques qui parvient à insuffler la vie à une idée lui permet de prendre place dans l’ère du temps et de recevoir l’attention qu’elle mérite. Il n’est sûrement pas coupable d’avoir “contaminé” l’information à sa source. Il a créé un des événements du moment, un fait qui doit rivaliser avec tous ceux qui sont portés à la connaissance du public”. Enfin, Debord et Wolman* présentent leur théorie du détournement de l’attention dans un
texte intitulé Mode d’emploi du détournement* (1956) où ils considèrent que ce n’est pas dans la production esthétique finissante (référence à
Lautréamont) mais dans l’industrie publicitaire qu’il faut en chercher les plus beaux exemples.

Une autre approche du legs de la rhétorique de l’attention consiste à partir de la transition numérique. Nous essayons de reconstituer les
dispositifs technologiques caractéristiques, oubliés, implicites, du mouvement de grammatisation du langage et de la pensée. Comme la grammaire et la dialectique, la rhétorique est l’un des arts du
langage. On n’a pas toujours associé lecture et écriture, on n’a pas toujours appris à écrire et à lire en même temps, on n’a pas toujours lu
silencieusement, on n’a pas toujours associé lecture, mémoire et réflexion, on n’a pas toujours eu l’idée, pour capter l’attention, de passer par des détours qui n’ont rien à voir avec le sujet à traiter ou la cause
à défendre. Lorsque nous tentons de comprendre le numérique, nous faisons resurgir ces blocs de grammatisation du langage et de l’esprit qui étaient naturalisés, qui allaient de soi. Il est nécessaire de mettre en évidence la généalogie.

Le point capital, c’est la récupération du détournement par la publicité (pour laquelle le détournement est la règle), au centre de l’activité de
relations publiques. Cette récupération s’est faite en trois étapes :
D’abord, la publicité elle-même est mise en place : créées à la fin du 19e siècle, les premières agences prennent leur essor après la Première prétend l’histoire officielle – de faire connaître les nouveaux produits industrialisés. Les fondateurs de la publicité justifient systématiquement la propagande par le conflit des attentions, c’est-à-dire le conflit des besoins, des désirs, de leur expression, la nécessité de faire passer un régime général de besoins à la place d’autres. Coca Cola est peut-être le plus bel exemple de détournement : les mythes et rituels de fin d’hiver ont été détournés par la marque pour créer le personnage du Père-Noël!
Le détournement réside ensuite dans la transformation progressive de la culture et de l’information en produit d’appel pour le marketing. Cela concerne la presse (dès le 19e siècle), les médias (radio puis télévision), le cinéma, l’industrie musicale… L’économie de la culture est emportée
par un mouvement de financement via le marketing. La rhétorique de l’attention nous ayant appris que la juxtaposition de messages est impossible, nous savons qu’il y a bien conflit autour de la publicité et
concurrence sur les contenus : le détournement n’est pas la juxtaposition mais la captation de l’information ici pour la mettre là.
Enfin, la troisième étape concerne les économies numériques de l’attention, dont le principal moyen est le marché biface (ou économie de plateforme) : on revend au marché publicitaire la connaissance qu’on a du public (notamment des lecteurs) auquel on propose des produits ou des services. Ces industries numériques ne s’appuient plus sur les
procédés et contenus permettant de capter l’attention mais sur l’attention déjà présente. Autrement dit, elles ne partent pas des textes mais des lecteurs. C’est une innovation fondamentale, une différence essentielle entre les deux périodes de rhétorique de l’attention.

La question de la lecture

Avant d’analyser le croisement de la rhétorique de l’attention avec la lecture, rappelons que l’approche rhétorique de la lecture considère le lecteur comme un orateur. Pour la philosophie de la lecture, le lecteur est d’abord celui qui lit devant un public. Cette acception restera la plus courante jusqu’à l’apparition de l’imprimerie. Aujourd’hui dans n’importe quel dictionnaire, elle n’est que la deuxième définition du mot lecteur.

En reprenant point par point les différents éléments de la rhétorique de l’attention pour les rapprocher de la lecture, on trouve en premier lieu le conflit des attentions. Il ne s’agit plus ici d’un conflit judiciaire ou politique entre des causes ; l’opposition se situe dans l’affrontement des cultures. Comme le souligne Pierre Legendre, la culture est secondarité
car toute culture affronte ses ancêtres. La méthode de lecture inventée par Augustin – le plus important des rhéteurs chrétiens – fonctionne comme une manière de traiter les deux cultures premières, la culture juive et la culture antique gréco-romaine, par rapport à la culture chrétienne. Deux siècles plus tard, Quintien rattache déjà l’insuffisance de l’attention et la difficulté à se concentrer au conflit des cultures.

Par ailleurs, on retrouve dans l’association de la lecture et de la rhétorique de l’attention l’utilisation de la lecture pour se concentrer. La lecture est au plus près des techniques de maîtrise de soi en tant que lecture collective de textes sacrés qui favorise la concentration. Mais c’est dans l’association entre lecture et réflexion, que la rhétorique a élevé la lecture au rang de pratique initiale et centrale pour la maîtrise de l’attention (en tout cas la culture occidentale). Jusqu’au 12e ou 13e siècle, cette opération est le fruit de la rhétorique augustinienne.

La notion de commentaire (commentum) concentre ce mouvement de prise de conscience ou de construction technique de la lecture. En latin, le commentaire revêt quatre sens, que l’on retrouve dans l’association de la lecture (lectio) et de la réflexion (meditatio).

  • Le premier sens est celui de projet, de notes prises pour préparer quelque chose (topo, aide-mémoire). Il faut se concentrer pour lire et, a fortiori, les technologies de lecture doivent faciliter la concentration (c’est précisément le problème de la lecture numérique tel que soulevé par les psychologues et les neurologues). Dans la lecture classique, un ensemble de techniques permettent d’assurer cette première concentration (lecture littérale, découpage, analyse en éléments plus
    brefs…).
  • Le deuxième sens, celui de texte écrit sur un autre texte (méta-texte), caractérise la lecture comme technique de soi, comme exercice intellectuel. Il a été explicité par Brian Stock*, grand spécialiste d’Augustin. La lecture est suivie, éventuellement suspendue, pour laisser place à une activité réflexive, soit sur le texte lui-même, soit sur l’état subjectif du lecteur. Le lecteur se découvre lui- même comme virtuose de l’attention, conservant le texte toujours présent à son esprit, développant une réflexion sur ce texte, puis une réflexion sur lui-même réfléchissant sur ce texte. On est ici aux antipodes de la technique de l’insinuation et du détournement. Et c’est là que se constitue le triangle lecture-réflexion-mémoire (lectio-meditatio-memoria).
  • Le troisième sens est celui d’exercice. Dès lors qu’on fait intervenir le lecteur, le sujet de la lecture, on sort de l’approche de la lecture comme acte pour la considérer comme le type-même de l’exercice intellectuel. La meditatio aussi, car cette pratique consiste à prendre soin de soi régulièrement (d’où l’origine commune de méditer et médecin).

Ces trois sens de l’association lecture-réflexion – se concentrer pour lire, associer lecture et réflexion, pratiquer la lecture comme exercice régulier et entraînement de l’attention – sont synthétisés par
Proust dans sa préface de Sésame et les Lys* de Ruskin : “La lecture est l’exercice préparatoire à la vie de l’esprit”. Enfin, le commentaire peut désigner le raisonnement probable ou acceptable au centre de la rhétorique.

Les lectures industrielles

Observons à présent ce croisement de la lecture et de la rhétorique de l’attention dans le cadre des mutations actuelles de la lecture, c’est-à-dire de la lecture numérique ou plus précisément des lectures industrielles.

Dépassons l’opposition habituelle entre attention et distraction pour s’attacher à l’hypothèse selon laquelle le conflit des attentions naît d’un conflit des cultures (culture “classique” vs culture “industrielle”). Le déficit d’attention ne relève pas seulement d’un phénomène psychologique ou d’un problème générationnel. La lecture numérique se
développe en effet sur un fond attesté et indiscutable de diminution (quantitative) des pratiques de lecture (de la presse et du livre), et
d’une baisse (qualitative) des performances de Lecture. L’opposition entre attention et distraction résulte d’un faisceau de tendances : la faiblesse du savoir lire classique, la passivité ou l’interactivité caractéristiques de la culture de l’écran (Olivier Donnat), et l’absence d’une véritable lecture numérique (ce qui aboutit à une lecture sans savoir lire).

Pour ce qui concerne l’association entre lecture numérique et réflexion, les psychologues ont largement démontré que pour le moment, concentration et lecture numérique ne fonctionnent pas très bien ensemble. On peut bien entendu attribuer cette situation à un certain état de la technique, mais il y a surtout que l’économie de l’attention propre aux industries culturelles numériques entre en contradiction directe avec le développement d’une véritable technologie de lecture numérique.

“La lecture numérique – en tant que pratique culturelle –est loin de remplir le cahier des charges de la lecture classique, en particulier autour du triangle lecture-réflexion-mémoire.”

Pour des acteurs tels que Google, Apple ou Amazon, il s’agit de détourner le lecteur de la lecture, de le divertir, et non de l’outiller correctement. Nicholas Carr a soulevé et vulgarisé la question de
l’association entre réflexion et lecture numérique, au-delà des simples problèmes de concentration dans l’acte de lecture numérique, et constaté très simplement : “Je ne réfléchis plus de la même manière qu’avant”. L’explication de ce phénomène par les psychologues et les neurologues est encore largement ouverte et débattue.

Néanmoins, comme Marianne Wolf l’explique dans Proust et le calamar, l’approche des psychologues rejoint les grands textes de la philosophie de la lecture pour constater que la lecture numérique – en tant que pratique culturelle – est loin de remplir le cahier des charges de la lecture classique, en particulier autour du triangle lecture-réflexion-
mémoire.

Enfin, dès lors que l’on fait intervenir le lecteur, sa conscience et son esprit, il faut laisser une place à l’exercice de lecture et se demander concrètement en quoi consiste non seulement l’acte mais aussi l’exercice de lecture numérique. C’est l’une des grandes faiblesses du livre de Carr qui ne semble concevoir la lecture que comme une suite ou combinaison d’actes de lecture.

Voici un extrait d’un article que j’ai publié dans la revue Medium (n°32-33, consacré à la copie) : “La lecture est aussi un tel exercice. On peut circonscrire la définition de la copie à son produit, on l’opposera alors à l’original. C’est ce que fait le droit. Mais la copie comme activité s’oppose à l’exercice. L’incompréhension des jeunes qui pratiquent le copier-coller devant les reproches qui leur sont adressés sous la forme d’une sommation d’écriture originale provient en grande partie de cette ignorance sur ce qu’est l’exercice en général comme régime intellectuel et cognitif, et ce que sont l’écriture ou la lecture comme exercices particuliers et réguliers. L’exercice de lecture numérique, c’est
précisément cela qui permet, si vous le souhaitez, d’éviter la destinée personnelle de Nicolas Carr comme lecteur numérique, c’est-à-dire d’éviter les addictions, les insuffisances de mémorisation, l’association défectueuse de la lecture numérique et de la réflexion. Si cet exercice de lecture numérique est évidemment dépendant de la mise en place d’une culture numérique, et de l’appropriation de cette culture par le lecteur, il
en est aussi le lieu de formation. C’est dans l’exercice que se met en place la culture numérique, et c’est dans l’exercice de lecture numérique que se met en place la culture de la lecture numérique. Plus précisément, un art de la lecture numérique peut être constitué à travers l’exercice sans dépendre totalement de l’état de la technologie à un moment donné”.


J’espère vous avoir convaincus de la valeur des ressources de la rhétorique de l’attention pour nous aider à constituer un art de la lecture numérique.