Archives de catégorie : Humanités Digitales

“Les écritures confinées”

L’ouvrage Les écritures confinées : Créer, afficher, diffuser est paru le mois dernier aux éditions Hermann.

Le livre revient sur le confinement provoqué par la crise sanitaire et trace un bilan de son impact sur les pratiques et les supports d’écriture.

“Ce volume offre un panorama des écritures en confinement, des supports et des pratiques qu’elles ont mobilisés, et défend une approche à la fois sociologique, poétique, sémiotique et linguistique, dans laquelle le point de vue des chercheurs croise celui d’amateurs et de professionnels de l’écriture (écrivains ou philosophes) du livre et de la médiation.”

L’ouvrage a été dirigé par Sylvie DUCAS, Rossana DE ANGELIS et Agathe CORMIER. Il sera aussi disponible sur cairn.

“Humanités numériques et web sémantique” – colloque Poincaré 2022

L’édition du colloque Poincaré 2022 intègre une conférence sur les “Humanités numériques et le web sémantique” qui aura lieu le jeudi 7 juillet à partir de 14h.

Programme

14h-15h : “De l’édition numérique aux d’humanités numériques”
(présentation de la plateforme henripoincare.fr et des outils liés)
(Nicolas Lasolle et Pierre Willaime)

15h-15h30 : Frédéric Clavert, “Nouvelles perspectives sur l’histoire des
Humanités numériques”.

15h30-15h45 : pause

15h45-16h15 : Motasem Alrahabi, “Édition numérique et fouille croisée
des correspondances : l’exemple des lettres de Voltaire”.

16h15 – 16h45 : Marie Puren, “L’histoire et l’informatique : les
nouveaux apports du Web sémantique”

La conférence sera accessible sur le lien suivant : https://orsay.bbb.cnrs.fr/b/wil-6ee-6zn-a5s

DIM Sciences du texte et connaissances nouvelles

Le projet Sciences du Texte et Connaissances Nouvelles vise à créer un réseau régional des Humanités Numériques.

Ce projet a pour but le rassemblement d’acteurs, de équipes et des chercheurs autour des environnements numériques nouveaux qui modifient les interactions entre les individus. Il nomme ce champ les “connaissances nouvelles” .

Domaine d’intérêt majeur Sciences du Texte et Connaissances Nouvelles fédère beaucoup de projets dont un qui s’inscrit dans l’HyperEdition : eBalzac. Ce projet consiste à créer une édition hypertextuelle de l’oeuvre de Balzac.

Workshop E3D – Documentation and knowledge infrastructure : the case of Robert Pagès

Le mercredi 29 juin à partir de 9h30, le laboratoire accueille  Michael Buckland et Paul Duguid de l’Université de Berkeley en Californie pour un workshop dans le cadre du projet “Documentation and knowledge infrastructure : the case of Robert Pagès” mené par Michael Buckland et Olivier Le Deuff.

Michael Buckland, professeur émérite spécialiste d el’information à l’Université de Berkeley. Il présentera ses travaux sur l’histoire et la théorie de la documentation.

Un article français retraçant ses recherches : https://hyperotlet.huma-num.fr/s/hyper-otlet/item/10817

Paul Duguid est Professeur Vacataire à l’Université de Berkeley. Ayant travaillé dans l’édition et à la Silicon Valley, il présentera ses recherches sur l’histoire et l’information.

Le workshop aura lieu en sale 309 à l’IUT Bordeaux Montaigne et sera également accessible par zoom .

Colloque Documents anciens et reconnaissance automatique des écritures manuscrites

Le colloque « Documents anciens et reconnaissance automatique des écritures manuscrites » aura lieu le 23 et 24 juin 2022 à l’École nationale des chartes à Paris.

Le but du colloque est de faire un état des lieux scientifique de l’HTR pour les documents anciens avec un intérêt particulier pour son utilisation dans les projets d’édition de documents. Il suivra les axes suivants :

— Constitution des données d’entraînement et de modèles d’HTR (segmentation, transcription, constitution de corpus, partage, etc.)

—  Apprentissage machine, technologies, plateformes de transcription (présentation d’outils HTR et de leurs performances, présentation d’outils d’aide à la transcription)

— Projet ou chaînes éditoriales utilisant l’HTR ; exploitations de données issues de l’HTR.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à regarder le programme du colloque ici.

Les inscriptions sont ouvertes au lien suivant : https://dahtr.sciencesconf.org/registration

Le colloque sera aussi diffusé sur Youtube :  https://www.youtube.com/c/ÉcolenationaledeschartesPSL

Forum: contribution numérique, cultures, savoirs

Le Forum : contribution numérique, cultures, savoirs aura lieu le 6 juillet au Carrefour numérique² de la Cité des sciences et de l’industrie (Paris).

Il marquera la fin du projet ANR Collabora et sera dédié aux plateformes culturelles contributives.

De nombreux retours d’expérience seront présentés : Wikipédia, Babelio, Archipop, Archives Nationales Participatives, Urbanités numériques en jeu, Nantes Patrimonia, Abandonware magazines, Bulliot, Bibracte et moi,  épi-revel, MNHN, Passport sur Zooniverse, Les Herbonautes, Sisygambis, 1000autres.org, Particip-Arc et de nombreuses d’autres.

Les inscriptions au forum sont déjà ouvertes et le programme est consultable ici.

Science Ouverte et Logiciels

La science ouverte est la diffusion libre de tous les résultats et moyens de recherche. Elle est fortement liée aux avancées numériques et représente une véritable opportunité de partage des connaissances grâce au libre accès.

Pour soutenir le développement de la science ouverte, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche a crée le Comité pour la science ouverte.

Il rédige notamment des Plans Nationaux de la science ouverte et dans la dernière édition un Collège Codes sources et logiciels a été crée de façon à mettre à la disposition de la communauté de recherche des codes sources et des logiciels open access.

Si le libre accès est disponible et se développe de plus en plus, c’est en grande partie grâce aux codes sources et aux logiciels mis à la disposition et crées par des chercheurs. Ainsi, il devient primordial non seulement de les rassembler sous forme de catalogue comme il a été fait par le comité, mais aussi de partager ces catalogues avec la communauté scientifique de façon à ce que ces outils puissent être exploités par le plus grand nombre.

Les sciences et l’écriture : Traces, empreintes et langages

Jeudi 15 Décembre 2022, Bordeaux Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine

La journée se propose d’aborder sous l’axe épistémologique les littératies numériques, comprise  comme  les capacité à comprendre et à utiliser l’information provenant de sources numériques différentes (Koltay, 2011), à partir du triptyque suivant : traces, empreintes et langages pour mieux saisir les enjeux des pratiques scientifiques de la production des connaissances contemporaines dans les sciences. 

Un changement paradigmatique avec les néo-écritures appelle un décentrement du primat du signe qui questionne l’activité symbolique à partir des traces entendues comme dépôt (archives, documents, textes, etc.), des empreintes comprises comme résultat d’une activité (individuelle et/ou collective) et enfin des langages autour d’une rencontre entre les littératies et les numératies (la superposition du programme, du réseau et de la couche).

L’HyperEdition à travers le triptyque (trace, empreinte, langage) se comprend comme la superposition de plusieurs systèmes documentaires complémentaires qui sont nécessaires à l’évolution de l’activité du chercheur quel que soit sa discipline. 

Le premier système, qualifié de système primaire, regroupe l’ensemble des publications scientifiques éditées. Le système secondaire s’est développé durant le XXème siècle, c’est un système d’accès à l’information qui favorise l’entrée dans le système primaire par le biais de catalogues de bibliothèques puis de bases de données. Enfin, le troisième système, que nous pouvons qualifier de « tertiaire » regroupe l’ensemble des données et des documents qui font l’objet d’un traitement spécifique de la part du chercheur dans sa pratique d’écriture avec sa rencontre des données (Data, Link data, Smart data, Self data, etc.). Il peut s’agir de données brutes, d’archives, mais également de documents qui sont soumis à un traitement des méthodes qualitatives et/ou quantitatives. 

Après le concept d’éditorialisation des contenus scientifiques, dont l’article demeure l’épicentre, le concept d’HyperEdition renouvelle et complète les pratiques d’écriture scientifique, les pratiques d’édition critique, les méthodes de traitement des données, les pratiques de commentaire et de publicisation, les formats documentaires, et les modèles économiques. Le tout formant ce que nous appellerons le troisième stade de la grammatisation.

Ce dernier stade de la grammatisation rapproche les différentes communautés scientifiques, depuis les mathématiques, les sciences physiques et la biologie jusqu’au sciences de l’Homme et les sciences juridiques.  L’ensemble des connaissances scientifiques, lié traditionnellement à la mise en forme (formalisation), s’est désormais rapproché d’une mobilisation des données informatiques.  Ainsi, par exemple, la simulation des conditions proche du réel ou d’un artefact (médicament, ordinateur, voiture, avion, bâtiment, ville…) se regroupent autour d’une représentation qui devient de plus en plus multidimensionnelle. Les aspects habituellement diagrammatiques (électronique, comportement en statique et dynamique, fonctionnement enzymatique, relations dans un système de systèmes…) sont rassemblés et consultables autour de nouvelles approches du complexe par des technologies intellectuelles, allant de la topologie des graphes à la 3D.

Ces technologies intellectuelles ne sont pas des « machines intelligentes » qui remplacent l’effort cognitif par la montée d’une automatisation algorithmique. Au contraire comme forme et format d’écriture, le triptyque traces, empreintes et langages, s’engage la création d’un nouvel outillage du connaître par lequel les recherches sont médiatisées techniquement. Par conséquent, les technologies ont un impact sur le développement des savoirs complexes contemporains qui appelle une organologie nouvelle des connaissances. 

Il nous semble que l’HyperEdition se définit, dans ce contexte, alors comme le champ de la concrétisation d’une telle organologie des savoirs dont l’un des ouvrages de référence fut publié en 2014 aux éditions Fyp avec le titre Digital Studies, sous la direction de Bernard Stiegler.  

La journée d’études se déroulera à la MSHA de l’Université Bordeaux Montaigne en partenariat avec le laboratoire Triangle (ENS Lyon), l’IRI (Institut de Recherche et d’innovation du Centre Pompidou, le laboratoire DICEN (CNAM Paris), la Revue Etudes Digitales, la société Dassault Système, l’équipe E3D du Mica. 

Franck Cormerais 

Carnet de Recherche : HyperEdition 

Comité scientifique 

Pierre-Antoine Chardel (Institut Mines-Télécom / IMT-BS)

Maryse Carmes (Cnam Paris)

Franck Cormerais (Bordeaux-Montaigne)

Milad Doueihi (Université Paris Sorbonne)

Éric Guichard (Ensibb)

Mohamed Salah KADRI (Université de la Manouba- Tunisie) 

Armen Khatchatourov (Université Gustave Eiffel)

Amar Lakel (Bordeaux-Montaigne)

Giuseppe Longo (ENS – CNRS Centre Cavaillès)

Maël Montevil (ENS-CNRS Centre Cavaillès) 

Jean-Max Noyer (Université de Toulon)

Guillaume Opy (INRIA, Bordeaux)

Vincent Puig (Institut de Recherche et d’Innovation, Centre Pompidou)

PartenairesYou are currently viewing Journée d’étude – Sciences et sociétéNouvelle Aquitaine, un logo qui manque de lion ! - Graphéine

Atelier Internet Lyonnais (AIL)

Le séminaire AIL aura lieu lundi 30 mai à 17h.

Les thèmes de la journée seront :

  • Capacités de l’écriture, culture de l’écrit (littératie). Cet axe s’appuiera autant sur la théorie que sur la pratique (la cartographie comme enquête). Il intègrera les questions d’érudition et d’épistémologie.
  • Le social et le politique: l’absence du « numérique » dans les débats politiques. La littératie et l’épistémologie comme vecteurs d’émancipation.
  • Pouvoirs de l’écrit (écrire le monde selon ses valeurs), la question du constructivisme, multiplicité et artificialité des mondes.
  • Faiblesses de la pensée critique: nos préjugés et nos religiosités envers la technique. Prises de réel sur les techniques.

Le programme est disponible ici .

Le séminaire se tiendra dans la salle de réunion du laboratoire
*Triangle* (salle D4.260, site Descartes, Ens de Lyon) et en visio:
https://cnrs.zoom.us/j/92956063905?pwd=bWk5bVdmOFl6SHdGSk8zR3ltQ0FhZz09
ID de réunion : 929 5606 3905; code: E8fG6D; titre: AIL-Lassegue

#dhnord : Travailler en Humanités Numériques : collaborations, complémentarités et tensions

La 9ème édition du colloque #dhnord intitulée Travailler en Humanités Numériques: collaborations, complémentarités et tensions aura lieu en ligne du 20 au 22 juin.

Ce colloque interrogera la dimension collective des humanités numériques où plusieurs métiers (chercheurs, archivistes, ingénieurs etc.) se croisent lors de la réalisation d’un projet.

La première journée portera sur les institutions et s’adressera plutôt à un public de chercheurs alors que la troisième abordera des débats internes à la communauté des humanités numériques.

Consultez le programme pour avoir plus de détail sur le déroulement des journées.

N’hésitez pas à vous inscrire avec le lien suivant : https://premc.typeform.com/DHNord2022 

Vous pouvez aussi réagir sur twitter avec #dhnord

Workshop SUMAC 2022

Le 4ème workshop sur la Structuration et la Compréhension des Contenus Multimédia du Patrimoine (Structuring and Understanding of Multimedia heritAge Contents) se déroulera du 10 au 14 Octobre 2022 à Lisbonne en collaboration avec l’association ACM Multimedia.

L’objectif de la troisième édition de ce workshop est de présenter les tendances les plus récentes et les plus significatives dans l’analyse, la structuration et la compréhension des contenus multimédias dédiés à la valorisation du patrimoine, en mettant l’accent sur l’accès aux big data du passé. Le Workshop fait appel à des contributions de recherche pour les sujets suivants :

  • Interconnexion et recommandation des données multimédias et inter-domaines
  • Datation et spatialisation de données historiques
  • Indexation et accès aux données multimédias mixtes
  • Deep learning dans des conditions défavorabmes (apprentissage par transfert, apprentissage avec informations annexes etc.)
  • Analyse de séries temporelles multimodales, modélisation d’évolution
  • Rendu de données multimodal et multitemporel
  • Rendu de données multimodal et multitemporel
  • Patrimoine : Modélisation des informations du bâtiment, visualisation de l’art
  • HCI / Interfaces pour des datasets à grande échelle
  • Numérisation intelligente de quantités massives de données
  • Benchmarking, Open Data Movement
  • Modélisation générative du patrimoine culturel

Toutes les contributions doivent être rendues jusqu’au 6 juillet 2022 et respecter les consignes de rendu.

Séminaire Les Données à Mille Temps

Le 20 Mai 2022 la séance « Le temps comme clé d’intelligibilité de la donnée … » du Séminaire Les Donées à mille temps aura lieu de 10h30 à 13h00. 

Ce séminaire organisé par l’ELICO (équipe de recherche de Lyon en sciences de l’information et de la communication) sera structuré autour de la problématique de la place de la donnée dans le temps et proposera une vision sur comment l’ancrage de la donnée dans le présent a un impact sur son intelligibilité.

Deux conférences auront lieu. La première intitulée « Abstraction par les données et le numérique : vers un présentisme des contenus ? », sera donnée par Bruno Bachimont (Professeur, Unité de recherche Costech, Université de technologie de Compiègne, Alliance Sorbonne Université.)

Puis, « Temps et document audiovisuel : représentation et calcul » sera présentée par Jean Carrive (Docteur en informatique, Responsable adjoint du Département Valorisation des collections à l’Institut national de l’audiovisuel)

Le séminaire se déroulera à l’amphithéâtre de l’Enssib en présentiel.  

Projet ELE (European Language Equality)

Le projet ELE (European Language Equality) vise à établir l’égalité digitale des langues européennes d’ici 2030. Ce projet s’inscrit parfaitement dans le domaine de l’HyperEdition notamment grâce à la dimension éthique d’accessibilité à la connaissance qu’il incarne.

Le projet est né d’une observation : l’inégalité des technologies linguistiques sur le territoire européen.  En effet, dans un continent où le multilinguisme est reconnu comme l’une de ses forces, le fait qu’au moins 21 langues européennes soient en danger d’extinction digitale est très alarmant. Ainsi, en 2018 le Parlement Européen passe la résolution « Language equality in the digital age». En janvier 2021 nait le projet ELE, une collaboration entre plusieurs entreprises européennes avec l’ambition de créer un agenda et une feuille de route visant à concrétiser l’égalité technologique de toutes les langues européennes jusqu’en 2030.

Depuis, le projet ELE mène des études sur l’état de l’art de plusieurs domaines de recherche dont la traduction automatique, les technologies vocales, les technologies pour l’analyse et la compréhension des langues et les ressources et les bases de connaissances. De plus, des rapports individuels sur l’état de la technologie pour chaque langue européenne ont aussi été produits et sont en libre accès sur leur site.

Des projets comme celui-ci montrent le poids des langues dans le monde de la technologie et l’importance d’une accessibilité égale à tous les moyens techniques qui nous permettent d’accéder à ces langues. Une égalité technologique de toutes les langues européennes faciliterait non seulement les échanges d’informations et communications dans le continent mais aussi l’interopérabilité des outils techniques, qui devient aujourd’hui un enjeu primordial au développement.

Le projet ELE prendra fin en Juin 2O22 mais avant cela le workshop TDLE (Towards Digital Language Equality) et la conférence LREC (Language Resources and Evaluation Conference) 2022 auront lieu à Marseille du 20 au 25 Juin. La publication d’un ebook détaillant toutes les découvertes et préconisations trouvées par le consortium est aussi prévue.