Archives par mot-clé : Journée d'études

Les sciences et l’écriture : Traces, empreintes et langages

Jeudi 15 Décembre 2022, Bordeaux Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine

La journée se propose d’aborder sous l’axe épistémologique les littératies numériques, comprise  comme  les capacité à comprendre et à utiliser l’information provenant de sources numériques différentes (Koltay, 2011), à partir du triptyque suivant : traces, empreintes et langages pour mieux saisir les enjeux des pratiques scientifiques de la production des connaissances contemporaines dans les sciences. 

Un changement paradigmatique avec les néo-écritures appelle un décentrement du primat du signe qui questionne l’activité symbolique à partir des traces entendues comme dépôt (archives, documents, textes, etc.), des empreintes comprises comme résultat d’une activité (individuelle et/ou collective) et enfin des langages autour d’une rencontre entre les littératies et les numératies (la superposition du programme, du réseau et de la couche).

L’HyperEdition à travers le triptyque (trace, empreinte, langage) se comprend comme la superposition de plusieurs systèmes documentaires complémentaires qui sont nécessaires à l’évolution de l’activité du chercheur quel que soit sa discipline. 

Le premier système, qualifié de système primaire, regroupe l’ensemble des publications scientifiques éditées. Le système secondaire s’est développé durant le XXème siècle, c’est un système d’accès à l’information qui favorise l’entrée dans le système primaire par le biais de catalogues de bibliothèques puis de bases de données. Enfin, le troisième système, que nous pouvons qualifier de « tertiaire » regroupe l’ensemble des données et des documents qui font l’objet d’un traitement spécifique de la part du chercheur dans sa pratique d’écriture avec sa rencontre des données (Data, Link data, Smart data, Self data, etc.). Il peut s’agir de données brutes, d’archives, mais également de documents qui sont soumis à un traitement des méthodes qualitatives et/ou quantitatives. 

Après le concept d’éditorialisation des contenus scientifiques, dont l’article demeure l’épicentre, le concept d’HyperEdition renouvelle et complète les pratiques d’écriture scientifique, les pratiques d’édition critique, les méthodes de traitement des données, les pratiques de commentaire et de publicisation, les formats documentaires, et les modèles économiques. Le tout formant ce que nous appellerons le troisième stade de la grammatisation.

Ce dernier stade de la grammatisation rapproche les différentes communautés scientifiques, depuis les mathématiques, les sciences physiques et la biologie jusqu’au sciences de l’Homme et les sciences juridiques.  L’ensemble des connaissances scientifiques, lié traditionnellement à la mise en forme (formalisation), s’est désormais rapproché d’une mobilisation des données informatiques.  Ainsi, par exemple, la simulation des conditions proche du réel ou d’un artefact (médicament, ordinateur, voiture, avion, bâtiment, ville…) se regroupent autour d’une représentation qui devient de plus en plus multidimensionnelle. Les aspects habituellement diagrammatiques (électronique, comportement en statique et dynamique, fonctionnement enzymatique, relations dans un système de systèmes…) sont rassemblés et consultables autour de nouvelles approches du complexe par des technologies intellectuelles, allant de la topologie des graphes à la 3D.

Ces technologies intellectuelles ne sont pas des « machines intelligentes » qui remplacent l’effort cognitif par la montée d’une automatisation algorithmique. Au contraire comme forme et format d’écriture, le triptyque traces, empreintes et langages, s’engage la création d’un nouvel outillage du connaître par lequel les recherches sont médiatisées techniquement. Par conséquent, les technologies ont un impact sur le développement des savoirs complexes contemporains qui appelle une organologie nouvelle des connaissances. 

Il nous semble que l’HyperEdition se définit, dans ce contexte, alors comme le champ de la concrétisation d’une telle organologie des savoirs dont l’un des ouvrages de référence fut publié en 2014 aux éditions Fyp avec le titre Digital Studies, sous la direction de Bernard Stiegler.  

La journée d’études se déroulera à la MSHA de l’Université Bordeaux Montaigne en partenariat avec le laboratoire Triangle (ENS Lyon), l’IRI (Institut de Recherche et d’innovation du Centre Pompidou, le laboratoire DICEN (CNAM Paris), la Revue Etudes Digitales, la société Dassault Système, l’équipe E3D du Mica. 

Franck Cormerais 

Carnet de Recherche : HyperEdition 

Comité scientifique 

Pierre-Antoine Chardel (Institut Mines-Télécom / IMT-BS)

Maryse Carmes (Cnam Paris)

Franck Cormerais (Bordeaux-Montaigne)

Milad Doueihi (Université Paris Sorbonne)

Éric Guichard (Ensibb)

Mohamed Salah KADRI (Université de la Manouba- Tunisie) 

Armen Khatchatourov (Université Gustave Eiffel)

Amar Lakel (Bordeaux-Montaigne)

Giuseppe Longo (ENS – CNRS Centre Cavaillès)

Maël Montevil (ENS-CNRS Centre Cavaillès) 

Jean-Max Noyer (Université de Toulon)

Guillaume Opy (INRIA, Bordeaux)

Vincent Puig (Institut de Recherche et d’Innovation, Centre Pompidou)

PartenairesYou are currently viewing Journée d’étude – Sciences et sociétéNouvelle Aquitaine, un logo qui manque de lion ! - Graphéine